Les effets de stresseurs en mélange par rapport aux effets de chacun des stresseurs pris isolément sont mal connus. Les effets potentiels conjoints de stresseurs multiples (physiques ou chimiques, stables ou radioactifs) en condition d’exposition chronique à faible dose sont étudiés en laboratoire dans l’objectif de supporter la compréhension et la modélisation des interactions potentielles.

Les méthodes en cours de développement visent à identifier les effets superadditifs ou synergiques ou les effets antagonistes. Le principe consiste à établir des relations doses-effets pour chaque substance séparément puis d’étudier la réponse obtenue lors de mélanges binaires. Cette réponse expérimentale est comparée aux relations modélisées sur la base d’hypothèse d’addition des doses (isoaddition) ou d’addition des effets (heteroaddition). La figure 6 montre comment la toxicité de l’uranium sur la croissance d’une algue verte est modifiée selon la présence de sélenium ou de cadmium dont les actions toxiques sont bien connues. Le mélange uranium+cadmium présente un effet synergique, tandis que le mélange uranium+sélénium est antagoniste. [IRSN/LRE]




Figure 6:
Effet de l’uranium seul ou en mélange avec du sélénium ou du cadmium, sur la croissance d’une population d’algues unicellulaires (inhibition de croissance au bout de 72h d’exposition à pH 5). Les concentrations d’exposition en selenium ou en cadmium utilisées sont celles impliquant 10% d’effet (i.e. 60, 0.96 and 42 micro g/L of selenite Se(IV), selenate Se(VI) et cadmium respectivement). La concentration en uranium induisant 50% d’effet selon les conditions de mélange étudiées sont rapportées à droite du graphe.